Pourquoi ont-ils choisi d'être mentor? 
ils vous disent tout ici

 

Le plan d’action commercial : l’outil indispensable du créateur d’entreprise

Responsable du marketing, de la communication et de la relation client chez Asartis, Sabine Spitzer déborde d’énergie professionnelle ! Dans le cadre du projet de mentorat « Cap Réussite », elle intervient en tant qu’« intrapreneur ». Sabine transmet son expertise professionnelle aux mentorés qui démarrent leur projet entrepreneurial. Entre autres, elle les aide à mettre en place un outil indispensable à la création et au développement de l’activité : le plan d’action commercial. 

Découvrir les conseils de Sabine.. ici !

 
 

Qui sont les 5 mentors de la seconde édition du concours Cap Réussite ?

Les lauréats de la seconde édition du concours de Cap réussite bénéficient pour 1 année des conseils de leurs mentors. L’objectif ? Développer et faire réussir leur projet entrepreneurial ! Les couples mentor-mentoré, composés par les soins du jury, ne sont pas le fruit du hasard. Qui sont les 5 mentors sélectionnés pour accompagner nos 5 lauréats? Portraits ! 

 

Philippe Guillou : « Je me reconnais complètement dans les valeurs du mentorat »

Lors de la première édition du concours Cap Réussite, Philippe Guillou, agent général AXA[LP1] , comptait parmi les membres du jury. Cette année, il intervient également au titre de mentor. « Ce qui me plaît dans le mentorat, c’est la transmission d’une autre vision entrepreneuriale. Entre le mentor et son mentoré, les échanges de connaissances et de compétences sont nombreux. Mais il ne faut pas oublier que la transmission est bilatérale ! Il ne s’agit pas d’une transmission qui serait uniquement descendante. Le mentoré a énormément à transmettre lui aussi », reconnaît-il.  

Philippe Guillou est le mentor de Sébastien Guston, un jeune nantais qui a créé « SO CLEAN », entreprise humaine qui propose des services de nettoyage industriel. « Sébastien, qui va certainement me faire découvrir un nouvel univers, m’a déjà posé quelques questions au sujet de la démarche commerciale. Grâce à l’expérience que j’ai acquise avec les années, je vais lui montrer quelles sont les opportunités à saisir pour le développement de SO CLEAN ». 

 

Marie-Line Delépine : « Il n’y a pas d’histoire d’argent dans le mentorat, seulement un partage d’expérience ! »

Directrice de l’école « Murs Dec’ », Marie-Line a été mise en relation avec Fabienne Bunel qui commercialise des chaussures personnalisables sur le site Marie-Paris.fr. « Nous allons faire la paire toutes les deux car nos activités professionnelles sont tournées vers la création. Je suis sûre que nos réseaux vont, à un moment ou à un autre, se croiser et je compte bien aider Fabienne à développer son carnet d’adresse », analyse Marie-Line qui se reconnaît dans les valeurs du mentorat. « A mes débuts, lorsque j’ai repris l’école Murs Dec’, j’ai reçu un parrainage qui m’a beaucoup porté. Fabienne rencontrera sûrement les mêmes problématiques que moi. Je serai là pour l’aider ».

Basée à Nantes, l’école Murs Dec  est un centre de formation professionnelle continue pour adulte qui permet d’accéder au métier de peintre en décor avec un diplôme d’Etat à la clé. C’est une école à taille humaine où se partagent travail, savoir-faire et motivation ! 

 

Stéphanie Chevalier : « Je veux donner à Anaïs les ficelles que je n’ai pas eu à mes débuts »

Co-gérante et associée de la société Atlan Print, Stéphanie Chevalier est la mentor d’Anaïs Pichon qui s’apprête à ouvrir une épicerie éthique dans le cœur de Couëron. Stéphanie se souvient de ses débuts : « Pour développer mon projet, j’ai pu profiter des conseils d’un parrain : André Rodriguez. Mais mon entreprise existait déjà et j’ai réalisé ô combien les conseils d’André auraient été profitables au tout début, avant même de démarrer ».   « Le projet d’Anaïs en est, quant à lui, seulement à ses débuts. Nous nous sommes déjà rencontrées et je lui ai montré comment il fallait hiérarchiser les priorités : se rendre en mairie, trouver son local, aller voir le banquier… En tant que créateur d’entreprise, j’ai l’expérience de ces démarches. Je vais également orienter Anaïs vers une bonne stratégie de communication. C’est mon métier après tout ! »  

Atlan Print , implantée dans le bassin Nantais, est une société d’impression numérique grand format. Fabriquant de support de communication visuelle, Atlan Print accompagne également les entreprises en leur prodiguant du conseil. 

 

Jean-Michel Campion : « Le mentorat est un vrai besoin car il n’existe pas de formation au métier de dirigeant d’entreprise »

Jean-Michel Campion, gérant de la société C&C Services, a découvert le mentorat en tant que président d’une association d’entreprises : « La démarche est particulièrement intéressante. Les dirigeants ont besoin d’échanger avec leurs pairs pour éviter les erreurs et pour avancer. Lors d’ateliers de formation du CJD (le Centre des jeunes dirigeants d’entreprise), j’ai entrevu tout le potentiel et toute la puissance de la démarche de mentorat. On gagne du temps et on gagne en efficacité ».

Chrystèle Robin porteuse du projet « Plaine de Jeux », une aire de jeux adaptée à tous, va bénéficier des conseils de Jean-Michel. « Je peux lui ouvrir mon réseau. Mon activité se développe dans l’ouest du département et je connais les personnes qui aideront Chrystèle à concrétiser son entreprise sur la commune de Pontchâteau. Le projet de Chrystèle va certainement me plonger dans un univers différent du mien, elle aussi a des choses à m’apporter ».  

C&C Services, l’entreprise de Jean-Michel Campion, intervient dans les travaux d’entretien et d’aménagement de propriétés. Elle est implantée sur la Presqu’Île de Guérande et la Côte de Jade. 

 

Marie Delaruelle : « Je vais les aider à définir les étapes de leur projet et à avancer vers leur objectif »

Gérante de l’entreprise « Un coin de prairie », Marie Delaruelle est le mentor d’Anthony Athimon et de Clément Sugier. Les deux jeunes hommes portent le projet VIP (Volumes intérieurs personnalisés), une entreprise qui propose des services à destination des artisans débordés. « J’ai déjà pu échanger avec Anthony et Clément. Je leur ai proposé de séquencer leur projet dans le temps. Nous avons fixé un échéancier. Le but ? Parvenir, étape après étape, à faire murir leur idée », explique Marie.

Pour le démarrage de son projet, Marie Delaruelle a elle-même bénéficié d’un parrainage. Elle est aujourd’hui convaincue des bienfaits du mentorat[LP1] . « Pour Anthony et Clément, en tant que mentor, j’aurai en tête le fil conducteur de leur projet. Je vais veiller à ce qu’ils ne s’écartent pas trop de la cible fixée. Grâce à mon expérience, je vais pouvoir leur apporter un peu de recul ainsi qu’un écoute bienveillante. »

 Un coin de prairie,  l’entreprise de Marie Delaruelle, est un traiteur éco-responsable proposant aux entreprises de la région Nantaise des plateaux-repas, petits déjeuners et cocktails réalisés à partir de produits frais, de saison, cuisiné maison.